Une histoire imprégnée par la forêt et le bois

Le Carrouège ?

Le Carrouège est l’écolieu créé par les adhérents de Adret Morvan.

La genèse

Adret Morvan a été créé en 2012 pour lutter contre l’industrialisation de la sylviculture et contre un gros projet industriel (scierie géante, incinérateur, production d’électricité) polluant, inutile et imposé : Erscia. 

Suite à un coup de force de la préfète de la Nièvre, le site du projet sera occupé pendant deux ans le temps que la justice se prononce.

Le projet

Une fois le projet annulé par la justice, Adret Morvan achète le Carrouège pour pérenniser les rencontres humaines, riches et diverses engagées sur la ZAD du bois du Tronçay tout en apportant une modeste contribution pour faire évoluer notre territoire positivement face aux grands enjeux environnementaux majeurs actuels (climat, biodiversité).

L’écolieu le Carrouège

L’écolieu propose aujourd’hui une boutique de produits circuits courts et épicerie bio, un restaurant et un bar valorisant les mêmes produits. Il accueille des conférences-débats, des « cafés forêts », des spectacles (théâtre, musique) du cinéma, des débats organisés par des collectifs en lutte. Il contribue aussi à l’instauration de circuits court bois.

L’ensemble des activités qui s’y tiennent ne bénéficient d’aucune subvention et l’organisation et l’animation du lieu reposent sur le bénévolat des adhérents. 

Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent nous rejoindre, nous aider, proposer, co-construire des projets autour des valeurs défendues par la charte du lieu.

Le Carrouège est un outil conçu par l’association Adret Morvan pour favoriser des projets concrets à visée environnementale et de développement de la vie du territoire. 

Qui fait quoi ?

Les activités non commerciales du Carrouège sont organisées par Adret Morvan et la partie commerciale est gérée par une autre association dédiée : Sycomor.

Adret Morvan

L’association Adret Morvan cherche à lutter contre l’industrialisation de la forêt du Morvan et le remplacement de forêts de feuillus par des monocultures de résineux.

Elle collabore, dans ce but,  avec d’autres associations comme SOS forêt, Canopée, le Réseau pour les alternatives forestières, le Fern, en Bourgogne, en France et en Europe. 

Contrairement à ce que certains cherchent à faire croire, nous ne sommes pas contre l’exploitation forestière, mais pour des sylvicultures respectueuses de l’environnement qui peuvent produire sur une durée longue autant que la sylviculture industrielle… 

L’industrialisation de la forêt, sur un schéma identique à l’agriculture productiviste, produit les mêmes effets : destruction des sols, de la biodiversité, de la qualité de l’eau, des paysages, de l’emploi local, des savoir-faire et contribue à l’aggravation du changement climatique contrairement aux engagements de l’accord de Paris.